La CAM – Doit-elle peser sur la politique économique régionale

L’agglo d’Albi s’engage. Elle souhaite peser dans le développement économique régional. L’agglo du muretain (la CAM) ne devrait-elle pas faire de même ? Quelle est la politique de développement économique de notre territoire ? Qui en parle ? Qui peut dire quel est le projet, le budget ? …..   Silence !

L’agglo d’Albi …………….. 17 communes …. 84410 habitants !

L’agglo du muretain ….. 16 communes …. 90727 habitants

*
L’agglo d’Albi appelle les chefs d’entreprise à peser sur la future politique économique régionale
Par La Tribune Toulouse | 20/04/2016, 14:34 | 544 mots

La capitale du Tarn prépare sa contribution à la future stratégie régionale de développement économique. (Crédits : DR) L’agglomération d’Albi (Tarn) prépare sa contribution à la future stratégie régionale de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) qui doit être finalisée d’ici à la fin 2016. Le Grand Albigeois propose aux chefs d’entreprise de participer à des ateliers de réflexion sur l’économie productive, l’économie non délocalisable, le développement du multicanal et le small business act. Objectif : déterminer un panel d’actions concrètes et fédérer les intérêts du territoire.
La nouvelle région modifie la carte de la concurrence territoriale et les pôles économiques vont devoir gagner en visibilité pour peser dans la définition de la future politique économique régionale. Albi qui était la 3e ville de Midi-Pyrénées en population, devient la 12e du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Un changement de paradigme évoqué le 19 avril lors d’une table ronde qui a réuni chefs d’entreprise et élus au Musée Toulouse Lautrec.
« Il ne faut pas se voiler la face, reconnaît la maire divers droite d’Albi, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, plus personne ne nous attend dans cette nouvelle grande région. Nous sommes certes suffisamment combatifs pour exister économiquement, mais objectivement notre influence est désormais diluée. Nous avons tout intérêt à jouer la complémentarité et pas la concurrence avec la région et avec la métropole toulousaine. Quand il s’agit d’économie, nous devons être pragmatiques et ne pas avoir le calendrier politique en tête. La priorité, c’est que les chefs d’entreprise puissent investir et recruter. »
Malgré ses atouts économiques, ses entreprises phares (VOA, Phodé, Safra, Menguy’s) et ses points forts en matière d’innovation et de R&D (Technopole Albi Innoprod, École des Mines, CRITT Automatisation), Albi s’interroge sur ses priorités (réindustrialisation, économie circulaire, liens avec l’agriculture, commande publique tournée vers les territoires, économique numérique ?) ainsi que sur ses difficultés à recruter.
« Dans le recrutement de jeunes ingénieurs, nous souffrons de l’attractivité de Toulouse », estime Jean-Marc Delassaux, président de Ruag Defence France.
« L’inadéquation entre les formations dispensées et les demandes de compétences des entreprises » est par ailleurs pointée par Michel Bossi, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Tarn, qui dénonce assez durement « l’inertie de l’Éducation nationale et son incapacité à répondre aux besoins des entreprises ». « À l’avenir, ajoute-t-il, il ne va pas falloir se tromper sur les formations qui seront nécessaires aux entreprises et il est très important d’élaborer le SRDEII en lien avec le futur plan de formation professionnelle. »
Mobiliser les chefs d’entreprise
Face à une centaine de chefs d’entreprise, le président de la Communauté d’agglomération de l’Albigeois et ex maire d’Albi, Philippe Bonnecarrère, a lancé un appel aux chefs d’entreprise : « Il est important pour eux de se mobiliser car avec le changement d’échelle que constitue la création de la nouvelle région, le Tarn n’est plus incontournable. À nous de nous faire entendre et de faire bouger les lignes. Nous ne sommes certes pas les plus grands mais nous pouvons êtres les plus agiles et les mieux fédérés. »
Concrètement la Communauté d’agglomération de l’albigeois met en place quatre ateliers de réflexion sur les thèmes de l’économie productive (infrastructures, services, accompagnements nécessaires, transfert de technologie), de l’économie résidentielle et non délocalisable, du développement du multicanal (diversification des canaux de distribution notamment via le e-commerce, gestion des approvisionnements, logistique) et du small business act (commande publique, besoins des PME locales, show-room territorial, réseau d’ambassadeurs économiques).
Une centaine de chefs d’entreprise s’est d’ores et déjà inscrite et prévoit de participer à ces ateliers de réflexion.

Source :

http://objectifnews.latribune.fr/economie/conjoncture/2016-04-20/la-ville-d-albi-appelle-les-chefs-d-entreprise-a-peser-sur-la-future-politique-economique-regionale.html#xtor=EREC-32280597-[newsletter_objectifnews]-20141125

Réagissez,  donnez votre avis contact@lemuretain-sudtoulousain.fr

Be the first to comment on "La CAM – Doit-elle peser sur la politique économique régionale"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.